5 août 1852

Classé dans : Non classé — freda @ 9:13

« Que peut-il ? Tout. Qu’a-t-il fait ? Rien.

Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France, de l’Europe peut-être. Seulement voilà, il a pris la France et n’en sait rien faire.

Dieu sait pourtant que le Président se démène : il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité ; c’est le mouvement perpétuel ; mais, hélas ! cette roue tourne à vide…

Ce faquin dit à la France qu’il l’a sauvée ! Et de qui ? d’elle-même ! Avant lui la providence ne faisait que des sottises; le bon Dieu l’a attendu pour tout remettre en ordre; enfin il est venu ! Depuis trente-six ans il y avait en France toutes sortes de choses pernicieuses…

L’homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère, est un carriériste avantageux… Il a des caprices, il faut qu’il les satisfasse… Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir… Il a pour lui désormais l’argent,… la banque, la bourse,… et tous ces hommes qui passent si facilement d’un bord à l’autre quand il n’y a à enjamber que de la honte.

Triste spectacle que celui du galop, à travers l’absurde, d’un homme médiocre échappé. »

Victor Hugo, 5 août 1852, Bruxelles, « Napoléon, le petit » (surnommé Naboléon par Hugo)

15ème circonscription du No... |
Algérie-Politique |
Sagvar, le Roman Noir de la... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stop à Didier Migaud
| LE PROGRES SOLIDAIRE
| UES - Claude WEBER